>> Articles qui pourraient vous intéresser

Comment créer du karma positif

Le karma, c’est une question de regard. Imaginez le karma comme une caméra qui enregistre et qui projette des images. Première étape : Tout ce que vous pensez, dites et faites chaque journée est enregistré dans cette caméra. Deuxième étape : cette caméra va projeter ce qu’elle a enregistré auparavant – c’est votre vie. Bien sûr, la projection ne va pas inclure les mêmes mots, les mêmes personnes et les mêmes lieux. Mais elle va conserver l’essence. C’est une façon très intéressante de comprendre la loi du karma, ou de cause à effet. Personnellement, je n’aime pas penser en termes de « la vie va lui faire payer » mais en termes de caméra. En termes d’énergie.

FullSizeRender

Dans la tradition bouddhiste, il y a des karmas qui sont associés à cette vie, à d’autres vies et c’est une science complexe que de comprendre le karma. Mais aujourd’hui, je voulais partager avec vous une méthode qui interpelle mon cœur et qui a été diffusé par Geshe Michael Roar dans le monde entier. Geshe Michael Roach est le premier occidental à obtenir le grade de Géshé (ou Maître) après 22 années de formation dans des monastères tibétains. Son histoire est fascinante. Une fois ses études finies, ses professeurs lui ont dit : la théorie c’est bien, maintenant va dans le monde et applique ces principes bouddhistes. Tu vas avoir une tache. Créer une compagnie multimillionnaire dont les bénéfices iront à des œuvres de charité. Tu vas partir de rien et tu vas appliquer les principes bouddhistes pour faire naître et grandir cette compagnie. Et il l’a fait. Il a retranscrit cette aventure dans son best-seller « Le coupeur de diamants ». Quelques années plus tard, l’entreprise qu’il avait commencée avec 3 salariés et 50,000 dollars empruntés, est devenue la première entreprise de diamants au monde. La première ! Avec des revenus colossaux qu’il injecte directement dans des projets éducatifs. Et pour faire ceci, il a utilisé les principes du bouddhisme : planter des bonnes graines de karma, aider les entreprises compétitrices, créer des relations de bienveillance et d’amitié au travail, etc.

geshe

Geshe Michael Roach

Aujourd’hui, je veux partager avec vous un pilier de son enseignement : comment créer du karma positif. Ou ce qu’il appelle : planter des bonnes graines.

Le principe

La vie est créée à partir de cette « caméra » qui enregistre ce qu’on fait et le projette en retour pour créer notre réalité. Ce que nous recevons de la vie n’est qu’une version modifiée de ce que nous lui avons donné. Attention, je ne partage pas ce concept bouddhiste avec vous pour engendrer de la culpabilité. Si vous avez vécu un évènement traumatisant ou douloureux dans votre vie, le but de cette méthode n’est pas de vous inviter à vous flageller sur la mauvaise personne que vous pensez être. Oh non. Nous avons tous pensé, dit et fait des choses dans des nuances qui vont du noir au blanc. Nous sommes imparfaits. Cette méthode est une invitation à concevoir différemment la vie. Pour le présent et le futur à venir.

Les 4 étapes

1. Déterminez clairement votre intention

J’ai envie de développer mon entreprise, j’ai envie de décrocher un travail, j’ai envie d’avoir du succès, de la reconnaissance, une meilleure santé, de la compagnie, des amis, un compagnon pour la vie. J’ai envie de me sentir moins seul, plus valorisé, plus apprécié. Déterminez clairement votre envie.

2. Trouvez quelqu’un qui veut la même chose que vous

Par exemple, si vous avez envie d’être moins seule ou d’avoir de la compagnie, ou de trouver une personne avec qui partager votre vie, trouvez une personne qui est seule. Une personne qui a aussi besoin de compagnie. Geshe Michael Roach dit souvent que le plus simple, c’est d’aller vers des personnes âgées isolées (dans une institution, dans votre quartier ou parmi votre famille).

Si vous souhaitez avoir plus de succès professionnel, trouvez quelqu’un qui lance son activité, qui cherche un travail, qui cherche une salle pour donner des cours, qui cherche à faire connaitre son travail, à décrocher un travail ou une bourse d’études, etc.

3. Aidez cette personne une fois par semaine

Déterminez un calendrier régulier, par exemple : une fois par semaine, je vais passer 45 minutes avec une personne isolée. Je vais l’écouter parler, je vais la sortir boire un thé, ce que vous voulez.

Autre exemple, vous voulez avoir plus de succès professionnel : trouvez une personne qui veut la même chose que vous et devenez son mentor. Mettez-vous à sa disposition pour l’aider à faire de la publicité pour ses services, ou à prendre des photos pour son site ou à trouver des idées pour mieux diffuser son blog.

L’idée c’est d’offrir aux autres, avec régularité, ce que tu veux dans ta vie.

Pourquoi? Aider les autres doit, petit à petit, devenir notre façon de vivre. En ce moment, nous reproduisons une société où nous craignons les autres. Nous nous comparons, nous ne partageons pas ce que nous avons, nous avons peur du succès des autres. Nous le faisons et nous le subissons tous. Je me souviens de personnes à qui j’avais demandé à louer leur salle pour donner des cours de yoga ou pour faire des retraites et qui me l’avaient refusé. Une partie de la raison étaient qu’ils craignaient la compétition. Ils craignaient que leur activité s’effondre si la mienne avait du succès. Je me souviens de personnes qui avaient des bons plans pour proposer des services ou rencontrer des personnes clefs et refusaient de partager leurs contacts ou leurs idées avec leurs amis. Une partie de la raison étaient qu’ils avaient peur de se faire « voler » leur idée. Et moi aussi, dans ma vie, j’ai pris des décisions qui sont nées d’un sentiment de lacune, de compétition, de peur de me faire dépasser. Cet instinct est en nous tous. Nous devons changer notre perception du monde, d’un monde de compétition individualiste à un monde de partage et d’entraide.

C’est fou, peut-être. Mais ça vaut la peine.

4. Méditez sur les bonnes graines que vous avez plantées

L’étape 4 c’est l’étape « magique ». Geshe Michael Roach insiste sur le fait que les bonnes graines sont plantées par le fait d’aider quelqu’un d’autre mais qu’elles sont arrosées par le fait de méditer sur les bonnes actions que nous avons fait. Imaginez que vous avez pris une heure pour aller visiter votre grand-mère ou une personne âgée isolée, asseyez-vous (ou allongez-vous!) et pensez à elle, souhaitez lui amour, pouvoir, force, succès. Pensez à comment vous l’avez aidée. A son sourire. A sa joie quand elle racontait l’histoire de son mariage. Ou quand elle partageait sa recette de tarte au citron préférée.

Vous pouvez le faire le soir avant d’aller vous coucher. Personnellement, ma tête est une vraie machine à penser que je préfère ne pas relancer le soir, sinon je risque l’insomnie. Alors je préfère m’asseoir 10 minutes en fin d’après-midi pour faire cette méditation. A vous de voir. Bonus : quand vous faites cette méditation sur les bonnes choses que vous avez faites pendant la journée, votre cœur se gonfle et votre esprit s’apaise. C’est une énergie toute différente qui se créé en vous et autour de vous.

Le mot clef: l’intention

Pourquoi est-ce que vous voulez lancer cette activité ? Pourquoi est-ce que vous voulez être en meilleure santé ? Je vous propose d’être clair sur l’énergie derrière votre intention et que cette énergie soit positive. Universelle. Comme par exemple: je veux lancer cette activité pour avoir un impact positif dans le monde. Ou je veux être en meilleure santé pour apprécier la vie et être une personne agréable pour ma famille. (A l’inverse de : je veux être en bonne santé parce que j’ai peur de mourir ou de tomber malade, ou parce que je ne m’aime pas physiquement). Que l’intention soit positive et qu’elle inclut le bonheur des autres aussi!

Dans une étude scientifique (1), on a demandé à 60 étudiants de modifier la croissance d’une bactérie avec le pouvoir de leur intention/pensée. 1/3 devait l’accélérer, 1/3 la ralentir et 1/3 ne rien faire. Les résultats sont allés complètement dans le sens de l’intention donnée aux étudiants. Notre intention a un impact sur notre réalité.

Mon interprétation

J’ai lu les livres «Le coupeur de diamant » et « How Yoga Works » de Geshe Michael Roach il y a plusieurs années. Ils m’ont immédiatement captivé et fait réfléchir sur le sens du monde. Il y a quelque chose de magique dans cette vision du monde. De puissant. J’ai mis en pratique des rituels, laissés tomber puis remis en pratique. Et cette année j’ai décidé de les inclure à nouveau dans ma pratique et de m’engager davantage dans ma communauté. Dans le partage et la générosité. J’ai contacté l’Association « Les petits frères des pauvres » pour accompagner une personne âgée isolée. J’ai élargi mon périmètre de dons à des associations engagées. Mais de façon générale je suis prête, vraiment prête, à me délester de cet instinct de peur qui entrave ma générosité. Je veux partager des personnes, des professeurs, des livres, des idées, des start-up, des causes qui me tiennent à cœur et que je veux voir grandir. Et vibrer. Je ne veux pas avoir peur de la joie ou du succès des autres, je ne veux pas l’envier ni le renier. Je veux le célébrer. Je veux faire partie de la génération qui ouvrira son cœur au bonheur des autres et qui verra ses plus beaux rêves se réaliser – en comprenant le karma, l’invisible derrière la réalité de notre monde et le pouvoir de nos intentions.

Et vous, qu’est-ce que vous en pensez ? Prêts à planter des bonnes graines? Pensez à un sourire, un mot gentil que vous avez partagé ce matin et laissez cette énergie se diffuser. C’est parti !

pousse

 (1) http://psycnet.apa.org/psycinfo/1982-26936-001

Pin It

24 Réponses à Comment créer du karma positif

  1. Quelle inspiration Geshe Michael Roach ! Et puis toi aussi, tu donnerais des ailes à une enclume ! Merci pour tous ces conseils, je vais réfléchir à comment les appliquer dans ma vie. <3

    • Merci Loetitia :) Des ailes à une enclume, tu me fais rire :)
      Hier soir j’ai fait mon expérimentation et je les ai appliquées en « aidant » mon père à gagner au jeu de cartes, en lui souhaitant de gagner car je savais que ça lui ferait super plaisir, en arrangeant son jeu car il avait du mal à l’organiser et sa main lui faisait mal et du coup, j’ai commencé à avoir des super cartes et j’ai fini par gagner! Haha :)
      Bises,
      Cécile

  2. Dommage que le livre ne soit pas traduit en français …

  3. grâce à toi, je viens de proposer des heures de bénévolat auprès d’une personne de 101 ans, jusqu’ici je n’osais pas! merci Cécile tu me fais oser être moi même et donner de l’amour, <3

  4. C’est impressionnant! Cela me fait penser au « ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse », que j’utilise aussi à l’inverse, c’est à dire « fais aux autres ce que tu aimerais qu’on te fasse ». Arrêtons cette méfiance envers les autres, inculquée dès l’enfance lorsque l’on nous apprend que collaborer c’est tricher et que nous sommes tous en compétition. Nous sommes tous des cellules du même organisme et je suis convaincue qu’en se concentrant sur des actions positives, on attire le positif dans sa vie!
    Je suis en train de lire le grand livre de Ho’oponopono et c’est extrêmement intéressant, reprenant l’idée du « projecteur » et que nous choisissons de projeter les images que l’on voit, et changer l’image ne tient qu’à nous. Sans tomber dans la culpabilité, mais être dans la responsabilité et non la victimisation constante en considérant que tout ce qui va mal provient d’un élément extérieur. Alors que notre mental a un pouvoir infini qui n’attend qu’à être découvert!
    Merci pour ce beau partage!
    Bises

  5. Très bel article, tellement inspirant.
    Sais tu où il serait possible de se procurer sur Paris le livre The Diamond Cutter ?
    Merci pour tout encore.

  6. En somme, il nous faut vivre et vibrer l’amour inconditionnel !
    Belle vie de partage en perpective et fini la compétition bête et aveuglante entre les hommes.
    Soyons le changement en mettant le zoom de notre caméra intérieure sur la lumière des mots et des actes.

    En fraternité,
    Obz

  7. Merci Cécile pour cet « enseignement » qui nous permet, en ce début d’année nouvelle, de faire des vœux, des souhaits pour les autres et pour nous réellement concrets !
    J’avoue que cette histoire de « présenter ses vœux » m’a toujours ennuyée… non que je ne souhaite pas le meilleur à mon entourage, mais on l’entend toujours à toute volée, on ne prête pas une réelle attention à ces paroles qui sortent de nos bouches avec une telle banalité, avec presque indifférence…
    C’est la tradition, mais elle n’a plus vraiment de sens profond.
    Même les bonnes résolutions, qu’on édicte chaque année et qu’on tient rarement, sont dénaturées.
    Alors, créer ce karma positif sera pour moi MA bonne résolution pour 2016, elle sera le principal moteur qui devra me faire avancer tout au long de l’année. Une seule résolution, mais dont je ferai en sorte qu’elle m’accompagne toujours. Car d’elle découleront d’autres bonnes résolutions !
    Créer ce karma aura des répercutions autour de moi, engendrera des choses positives, et je compte faire aussi ce vœux aux personnes que je rencontrerai les jours à venir… Petites gouttes d’eau mais qui créerons un océan d’amour à venir !
    Alors, je te souhaite, à toi Cécile, et à tous tes lecteurs, une année 2016 plantée dans un magnifique jardin !
    Karine

  8. Merci pour cet article et pour le partage de toutes ces informations.
    je te souhaite à toi et à tous les lecteurs une très bonne année 2016, ainsi que de planter de bonnes graines pour un karma positif
    Natacha

  9. Que de bonnes ondes, ça fait du bien ! Merci beaucoup pour tout ce que tu partages sur ce blog! A chaque fois que je lis un de tes articles, je suis remontée à bloc ! Tu es vraiment quelqu’un de réellement inspirant et rempli de sagesse.
    Je te souhaite une très belle continuation ! :)
    Charlotte

  10. Bonjour Cécile!!! Je vous remercie pour cet article qui nous donne à réfléchir sur nos émotions, mais surtout sur le but de notre vie. Apprendre à partager nos connaissance, savoir écouter les autres nous apprends beaucoup sur notre propre vie. Merci, merci, merci…

  11. Aide-toi et le ciel t’aidera ! ça me fait un peu penser à ça ce texte ! Dommage que les livres ne soient pas en français… Merci pour tes publications, quelles bouffées d’oxygène !

  12. Je suis vraiment contente de lire un article aussi inspirant et à la fois  » sourcé ». Trop de loi de l’attraction et d’articles farfelus ont eu raison de ma patience. Pour cet article, merci!

  13. Merci Cécile pour cet article qui m’inspire énormément ! J’ai découvert ton blog récemment et je dois dire que j’en suis devenue « addict » .
    Je ne travaille plus (en invalidité) et je vais un jour sur deux, près de chez moi, rendre visite à une dame de 89 ans, mère de mon ami, qui perd la mémoire, pour l’aider à prendre son repas du soir.
    C’est pas grand chose, mais ça m’apporte vraiment quelque-chose !!
    Merci pour tes articles.
    Je t’embrasse.
    Martine du Finistère.

    • Bonjour Martine,
      Merci pour ton message, tu es super gentille :)
      Tu fais quelque chose d’incroyable! Waouh, je te souhaite du bonheur et de l’amour en retour par grosses doses :)
      Bises et à très vite,
      Cécile

  14. Bonjour Cecile,

    Pouvez vous m’aider à avoir des idées positives ou action positives pour trouver une personne qui partagera ma vie.

    Merci d’avance pour votre aide.

    Florence

  15. Pingback: L'art du bien-être : conseils pour entrepreneurs

  16. Iaorana Cécile. Quel plaisir de te lire. J’ai lu beaucoup de livres dans le passé qui m’ont inspirée à voir ce qu’il y avait de meilleur chez l’autre et tenter de toujours traduire en positif toutes expériences vécues. Cela m’a toujours énormément aidée dans ma vie et surtout dans les moments difficiles. Avec le temps, je me suis laissée allée, pensant à tord que je serai toujours ainsi et que cela faisait dorénavant partie de mon être. Or, je viens de réaliser que cet état d’esprit doit être entretenu régulièrement,comme une plante qui a besoin d’eau et de soleil pour croître, afin de ne pas perdre les bienfaits de cette manière de vivre. Mauruuru en tous les cas pour ton partage. Je reprends ma vie en main. A un jour peut-être, sur Tahiti!

  17. Un grand merci pour cet article, Cécile :-)
    J’ai fait une recherche Internet pour avoir des infos sur le livre « le coupeur de diamants » et suis sincèrement ravie de découvrir ton blog et ton expérience autour de cette philosophie de vie.
    Gratitude

Laisser un commentaire