>> Articles qui pourraient vous intéresser

Trouve un équilibre entre ce que tu donnes et ce que tu reçois

Pendant les dernières années, une grosse partie de mon chemin personnel, a consisté à me laisser recevoir des attentions et de l’amour du monde. Je viens d’une famille très active où le fait de faire la grasse matinée, ne rien faire pendant une journée, laisser le bordel trainer dans la maison pendant qu’on s’amuse, est un signe de totale FLEMMARDISE. Recevoir est forcément le résultat d’avoir beaucoup donné/travaillé/sué. Sans surprise, je me suis jeté dans le monde du travail avec la même façon de voir les choses. Et sur mon chemin, j’ai rencontré toutes sortes de personnes. Des ultra bosseurs qui montent des projets à la perfection près, mais qui ne fonctionnent pas. Des détendus insouciants qui ne sont pas très sérieux dans leur travail, mais à qui le monde entier sourit. Et  entre les deux, des milliers de possibilités. Pour moi, ça ne faisait pas sens, seuls ceux qui travaillent dur reçoivent des récompenses, non? Jusqu’à ce que cet été, pendant ma retraite de 10 jours de méditation, je prenne conscience : C’EST OK DE RECEVOIR. Je n’ai pas besoin de donner et donner constamment au monde, chaque seconde, je peux laisser les choses venir à moi aussi.

Nous sommes soutenus et aimés et portés par tellement de façons.

img_20161024_200158

Voici 6 principes qui m’aident à recevoir de la vie:

  • Deux jours consécutifs

Un jour j’ai demandé à une professeur de yoga qui enseignait depuis 30 ans – quelle est la clef d’un professeur heureux et toujours passionné par son travail ? Elle m’a répondu : Deux jours de repos consécutifs. J’ai adoré ! Je m’attendais à une réponse philosophique sur les bienfaits de l’amour et du partage, mais merci à elle, elle m’a donné bien plus que ça. Deux ans après, son conseil a enfin pu prendre forme dans ma vie. J’ai réorganisé mon planning pour ne plus travailler les weekends. Et je sens un vrai changement dans mon énergie et mon état d’esprit. Je peux me donner à fond en semaine parce que je sais que je pourrai tout autant me « reposer à fond » en weekend. Deux vrais jours de repos et de déconnexion, ça change TOUT.

  • Quand on parle de bonheur, on parle en fait de satisfaction

Le bonheur c’est un terme vague et féerique, que nous aimons tous mais qui est si difficile à encapsuler. On pourrait dire que le bonheur, c’est une question de satisfaction. De contentement. Etre content avec ce que j’ai. Une partie de nous retire de la satisfaction dans le travail, les relations humaines, la réussite professionnelle ou scolaire, l’intensité de notre vie. Mais elle est une proche cousine d’une autre partie de nous : celle qui est contente de se donner à fond si elle sait qu’elle va aussi se donner du temps pour recharger. Comme le dit un ancien proverbe, pour être satisfait de ta vie : sers-leur un verre en même temps que tu t’en prépares un.

  • Une citation

 « Vous apprendrez plus en une heure de silence qu’en un an de lecture » Matthew Kelly. Après les 10 jours de silence l’été dernier, j’ai senti que j’avais touché une paix qui dépassait l’entendement. Quelque chose que je n’aurais pas pu vivre autrement. Je savais : rien de bon ne vient de suranalyser les choses. De travailler non-stop. Il y a de très belles idées et intuitions qui remontent en nous quand on laisse le monde devenir lent et immobile. Depuis que je suis rentrée de cette retraite, je me laisse plus souvent mijoter dans le silence. Et le dimanche matin JE NE FAIS RIEN! Et souvent, un projet sur lequel j’aurais travaillé pendant des jours avant, est résolu par une idée simple et facile à réaliser qui me vient pendant des moments de silence.

img_20160815_215124

  • Une deuxième citation (c’est comme les carrés de chocolat, il en faut deux !)

Je l’ai lue dans le livre « Miracle Morning » : « Votre niveau de succès dépassera rarement votre niveau d’épanouissement personnel car le succès est une chose que vous attirez selon la personne que vous devenez ». Nous voulons tous avoir une belle vie, mais nous entretenons une vie pas terrible dans l’espoir qu’elle nous amène vers une vie superbe. Par exemple : nous travaillons des heures folles pour avoir du succès et une belle vie, au lieu de profiter de la belle vie qui est déjà là. Comme si une partie de nous disait : la super vie, ce sera pour quand j’aurai la super vie. Depuis la rentrée, j’ai pris deux jours de repos consécutifs et j’ai décidé de commencer ma journée de travail à 10h (si vous êtes libéral et vous avez l’opportunité de faire ça, n’hésitez pas !). Pourquoi ? Parce que j’étais fatiguée de me mettre la pression pour commencer à 8 :30, pour créer une super vie, alors que.. La super vie c’est maintenant! Et elle commence par un téléphone éteint, faire des choses que j’aime, un gros petit déjeuner en pyjama et du temps pour me connecter aux bonnes choses qu’il y a dans ma vie. Ensuite je peux sortir et épouser tout ce que la vie me réserve ce jour là.

  • Réaliser si on a dépassé un cap

Pendant les premières années d’un projet, on part de zéro. On travaille plus d’heures que la moyenne, on commence à peine à se faire un réseau, à se faire confiance, à connaitre les rouages de notre métier. Mais au bout de 2,3,4 ans, quelque chose s’installe. Un réseau, une confiance des autres et une confiance en soi. Et je pense que souvent, on ne se rend pas compte qu’on a dépassé le cap de l’inquiétude. Bien sûr, tout peut changer à n’importe quel moment, et il faut rester passionné et ouvert à de nouveaux projets. Mais si on ne se rend pas compte que « j’ai travaillé dur pour créer quelque chose de bon, et le bon est arrivé, il est temps de l’apprécier » on peut rester excité et agité toute sa vie.

Ne passe pas à côté des petits bonheurs ordinaires en courant après une vie extraordinaire.  Les petites choses de la vie sont souvent les plus importantes.

  • La résistance

Comment se sent ton ventre là tout de suite ? Et tes mains ? Et.. ta mâchoire ? Est-ce que les dents de ta mâchoire inférieure sont serrés contre celles de ta mâchoire supérieure ? Vas-y, relâche ça. Éloigne tes dents du haut de tes dents du bas. Ah, tu sens ça ? Maintenant, relâche ta langue jusqu’à ce qu’elle vienne remplir ta mâchoire inférieure. C’est ça. Tu le sens ? Comme ta bouche était tendue ? Je l’ai senti aussi en l’écrivant. Ma mâchoire était toute tendue. C’est ce qu’on appelle : stocker de la résistance. Et garder le corps tendu nous demande beaucoup d’énergie. Plus que les journées complètes et chargées qu’on peut enchaîner. C’est comme avoir une fuite à la maison alors qu’on cherche à réduire sa facture d’eau. Alors régulièrement, je me mets à la recherche de ces points de résistance. Je les appelle des « poches secrètes ». Des endroits dans le corps où on met notre stress, nos pensées, nos peurs. Quelles sont tes poches secrètes? Ma poche secrète maximale est : le ventre. La deuxième, ma bouche. Pour vider toutes les poches secrètes et laisser ton énergie circuler librement, tu peux faire ce scan corporel tous les soirs ou au moins pendant le weekend! Il ne dure que 10 petites minutes et il fait beaucoup de bien.

C’EST OK DE RECEVOIR.

L’Univers veut te soutenir. S’il-te-plait, laisse le.

——

A TOI!

Est-ce qu’une partie de toi a résonné avec un de ces principes? Ou est-ce que dans ton propre chemin, tu as appris quelque chose sur le fait de donner et recevoir qui t’a marqué jusqu’ici? Merci de les partager avec nous ! C’est comme ça qu’on apprend :)

Pin It

34 Réponses à Trouve un équilibre entre ce que tu donnes et ce que tu reçois

  1. Pingback: Trouve un équilibre entre ce que tu donn...

  2. Pingback: Donner (et reçevoir) |

  3. Pingback: Trouve un équilibre entre ce que tu donnes et ce que tu reçois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *