>> Articles qui pourraient vous intéresser

Comment concilier budget et bien manger

J’entends souvent la même remarque au sujet d’une alimentation saine et de qualité : « c’est trop cher », « j’ai d’autres priorités », « je suis étudiant et j’ai un petit budget ». Pourtant, je vous assure qu’avec certaines informations et un peu d’expérience, bien manger et gérer son budget (aussi petit soit-il) est tout à fait compatible !

Sans oublier le plus important: une alimentation saine vous rendra plus heureux, en harmonie et en meilleure santé, ce qui réduira à son tour notre budget médical et notre besoin grandissant d’être nourri par des éléments extérieurs (des vêtements, des soirées, des dépenses pour se divertir, des objets). Un corps sain est bien plus apte à faire évoluer notre esprit vers plus de contentement, de gratitude et de possibilités infinies. Votre corps sera une maison de calme et de santé, et vous aurez moins besoin de recourir à des leviers externes pour vous sentir bien. :)

Passons aux choses pratiques, voici mes conseils pour bien manger en respectant son budget :

Acheter en vrac, dès que possible

Tous les produits alimentaires sont plus économes en vrac : pas d’emballage, pas de publicité à financer. Dans ce cas là, tous les produits de qualité (comme par exemple ceux issus de l’agriculture biologique) sont également proposés en vrac à des prix très accessibles. Que vous fassiez vos courses pour certains produits biologiques à la Biocoop ou dans votre supermarché traditionnel, tous proposent des produits en vrac, généralement secs, qui sont à votre disposition.

acheter-en-vrac

Pâtes, riz, quinoa, farines, sucres, amandes, noix, lentilles, pois chiches, haricots, céréales pour le petit déjeuner, graines, petits biscuits. Tous ces produits secs, lorsqu’ils sont proposés en vrac et d’origine bio, coutent autant que les produits classiques, raffinés et emballés. Sans oublier qu’en termes de quantité, vous mangerez toujours moins de céréales complètes que de céréales raffinées, car leur pouvoir nourrissant et rassasiant est bien plus important.

Bref, pour vos produits secs, faites le choix du vrac et du bio ! Petite astuce : commencez à tirer profit de tous les contenants en ver (des jus, des confitures) en les lavant après leur utilisation et en les mettant de côté. Vous en aurez besoin pour stocker vos achats en vrac ! Je vous conseille vivement de faire ainsi plutôt que de les garder dans leur sac originel. Vous risquez de mal le fermer, d’attirer des mites alimentaires et surtout d’oublier que le sac est dans vos étagères et ce qu’il contient !

De beaux flacons, avec des contenus très diversifiés et colorés, posés sur vos étagères ou vos placards : c’est économique, écologique et visuellement très beau ! De quoi vous donner envie de cuisiner un peu plus :)

contenants-alimentss-secs

Achetez des produits bruts

Plus vous achèterez des produits bruts, que vous transformerez vous-mêmes à la maison, moins vous dépenserez d’argent en faisant vos courses. Si vous essayez d’acheter le maximum de produits bruts, en aillant quelques idées de recettes derrière la tête, vous n’aurez plus qu’à les cuisiner à la maison tout en réduisant considérablement votre facture. Par exemple, si vous achetez 500g de pâtes complètes en vrac bio, 500g de riz complet bio, 500g de quinoa bio, 500g de lentilles bio, 500g de pois chiches bio, quelques amandes et noix bio : vous aurez une base d’énergie et de produits rassasiants qui sont à la fois excellents pour votre santé, qui peuvent être la base de nombreux plats (du petit déjeuner au dîner) et qui sont très économiques.

Ensuite, vient le moment d’acheter les produits frais : légumes et fruits. La différence de prix entre des produits frais bio et des produits frais classiques est bien plus importante que pour les produits secs, dont le prix est presque le même.

Pour surmonter cet obstacle, aidez vous de quelques conseils sur quels produits sont le plus intensivement traités avec des produits chimiques et lesquelles le sont moins. De cette façon, vous pourrez acheter les plus « toxiques » sous leur forme bio et ceux qui sont les moins intoxiqués, sous leur forme classique (et moins chère).

Aux Etats-Unis, le EWG (Groupe de travail sur l’Environnement) a produit un guide très utile, qui nous informe sur les « 12 produits les plus sales/chimiquement traités » dans les systèmes agricoles actuels et les « 15 produits les plus « propres », qui présentent le moins de traces en produits chimiques et seront moins toxiques, même s’ils ne sont pas issus de l’agriculture biologique. Ce guide vous aidera à faire un bon compromis entre votre porte monnaie et votre santé.

classement

Quels produits prioriser en agriculture biologique ?

  •          Les laitues
  •          Les épinards
  •          Le céleri
  •          Les pommes
  •          Les pommes de terre
  •          Les pêches
  •          Les cerises
  •          Les raisins
  •          Les poires
  •          Les fraises
  •          Les nectarines
  •          Les concombres

Et si vous ne pouvez pas les acheter d’origine biologique, prenez le temps de les faire tremper dans l’eau et de les laver, de façon à enlever une partie des résidus chimiques à la surface.

Sur quels produits je peux être moins exigeant ?

  •          Les kiwis
  •          Les asperges
  •          Les avocats
  •          Le chou
  •          Les aubergines
  •          Les pamplemousses
  •          Les ananas
  •          Les oignons
  •          Les champignons
  •          Les melons

Vous l’aurez compris, en général, les aliments qui ont une peau qui les protège, et que nous ne consommons pas (comme c’est le cas pour les ananas, les pamplemousses et les melons) sont moins dangereux. Par contre, ceux qui sont « à nus » et que nous mangeons tels quels, doivent être mieux choisis et plus propres.

Manger de saison et local

Manger de saison est toujours plus économique ! Vos fruits et légumes seront kilométriquement plus proches et n’auront pas eu besoin de recourir à des techniques très complexes pour pousser: c’est leur saison et ils poussent tout naturellement. Au début, vous ne saurez pas clairement identifier les produits de saison car tous sont proposés tout au long de l’année, comme si la nature n’avait pas de cycles à respecter. Petit à petit, vous vous souviendrez que les tomates et les fraises poussent à la fin du printemps et en été. Pour vous en souvenir : consultez et téléchargez le guide des saisons que WWF vous propose en cliquant sur le lien ci-après.

Conso-guide-produits-maraichers-cueillette

En consommant local, soit par le biais d’une AMAP ou de marchés locaux organisés dans votre ville, vous faites le choix de réinvestir votre argent dans la communauté qui vous entoure. De cette façon, vous dynamisez l’économie locale dans laquelle vous vivez également. Vous pourrez bénéficier des retombées sociales et économiques de cet achat, ce qui n’est pas le cas lorsque nous achetons des produits internationaux ou appartenant à de grandes firmes internationales. Où va votre argent dans ce cas là? Vous ne le saurez jamais. En consommant local, vous soutenez les producteurs et les dynamiques de votre communauté, ce qui participera à renforcer un tissu d’économie sociale et solidaire, indispensable pour avancer dans la voie d’un développement plus durable.

Listes et anticipation

Rien de mieux qu’une liste, qui reflète réellement vos besoins, pour vous permettre de maximiser vos courses et d’éviter des dépenses inutiles. Avant de faire vos courses, prenez une minute pour faire le tour de vos placards, réfrigérateur et congélateur.

En créant votre liste, vous serez sûrement aidé(e) si vous pensez en avance à quelques recettes que vous aimeriez faire pendant la semaine. De cette façon, vous éviterez de vous rendre à la supérette du coin parce qu’il vous manquera telle épice ou tel légume, et de payer le prix fort. En plus, cela vous permettra d’anticiper votre cuisine de la semaine, de façon à fuir la fameuse question de dernière minute (et qui irrite de plus en plus les parents) : « on mange quoi ce soir ? »

Repenser votre alimentation

Deux éléments décisifs changeront radicalement vos dépenses alimentaires : cuisiner son assiette et végétaliser son assiette.

cuisiner-vegetal

A partir du moment où vous êtes prêts à cuisiner la plus grande partie de vos repas, vous êtes surs d’acheter plus de produits bruts et moins de produits transformés, ce qui peut aller jusqu’à diviser par deux vos dépenses !

Cela ne veut pas dire que vous allez passer une heure dans la cuisine tous les jours, que vous devez être un chef ou avoir beaucoup d’expérience. La cuisine est une affaire de tous ! Et c’est une affaire bien plus simple et accessible qu’on ne le croit, lorsque l’on n’est pas très à l’aise en cuisinant. Par exemple,  vous pouvez cuire 300 grammes de quinoa, ce qui vous prendra 15 minutes, et les mettre au réfrigérateur. Ceci vous assurera une base solide et nourrissante pour au moins 5 repas de la semaine! Vous n’aurez plus qu’à varier les accompagnements : des légumes mijotés si vous avez le temps, ou quelques tomates cerises coupées avec des haricots rouges et un filet d’huile d’olive si vous êtes pressé(e).

Aussi, si vous avez l’impression que vos plats vous déçoivent par leur manque de goût (même si vous y avez consacré beaucoup de temps), la réponse vient de deux éléments indispensables : la graisse et les épices. Il faut toujours avoir un apport en graisses dans votre assiette, car la plupart des senteurs et des saveurs sont transportées dans des molécules dites lipophiles (qui aiment/se lient à la graisse). Si vous cuisinez sans graisses, vous risquez fort de cuisiner sans pouvoir développer les goûts des aliments. N’ayez pas peur des graisses, car elles vous sont immensément utiles, et parce qu’en faisant le choix des graisses végétales, l’impact pour votre santé sera beaucoup plus positif que pour les graisses animales. Quand aux épices, c’est une des clefs à connaître pour transformer une assiette classique de riz et de légumes, en un repas beaucoup plus riche et satisfaisant. Frottez vous aux épices et prenez l’habitude de cuisiner avec des gousses d’ail, du curcuma, du gingembre, du cumin, du curry, des herbes aromatiques séchées ou fraîches (persil, basilic, thym, etc.). Bref, cela donnera du goût et de la couleur à tous vos plats !

Enfin, le fait de végétaliser son assiette et de réduire sa consommation de viande représente un budget beaucoup plus léger que de vouloir manger de la viande tous les jours, ce qui fait exploser la plupart des budgets (même si vous ne vous en rendez pas compte). En plus, vous ferez un choix stratégique pour vos finances mais aussi pour votre santé, en capitalisant sur les effets positifs d’une alimentation végétale, à court et à long terme. Bingo !

Dans le budget des ménages, la catégorie « Viandes » est la plus coûteuse. Pourtant, nous payons le prix fort pour manger un aliment qui est fortement acide, nutritionnellement moins intéressant que les aliments d’origine végétale et qui consommé quotidiennement, participe activement dans l’apparition de nombreuses maladies chroniques ou déséquilibres.

Utiliser avant de jeter !

Reportez-vous à cet article du Palais Savant pour apprendre plusieurs conseils atypiques ou pleins de bon sens pour mieux conserver vos aliments ! (Des astuces pratiques pour conserver vos aliments et éviter le gaspillage alimentaire)

Retour à la terre !

potager

Enfin, rien ne vous empêche de vous aventurer dans des petites  expérimentations, comme cultiver vos propres tomates ou laitues, votre basilic ou vos fraises. La satisfaction personnelle est immense et vous dégusterez ces produits (sains et dont vous connaissez l’entière provenance) avec bien plus d’attention et de gratitude :)

Essayez ces conseils et régalez vous ! N’oubliez pas que notre alimentation est la première des médecines, et qu’en conséquence, vous devriez toujours prioriser une alimentation saine et de qualité pour influencer positivement tous les autres pans de votre vie (relations amoureuses, travail, famille, ambitions, projets, énergie, développement physique et longévité). Si l’argent n’est pas un but mais un moyen, quelle meilleure utilisation que de l’investir dans un moyen essentiel pour : être en meilleure santé, être de meilleure humeur, avoir confiance en vous, avoir confiance dans l’avenir, être indépendant et autonome, développer votre créativité culinaire et partager des moments inoubliables et emplis de bonheur, autour d’un bon repas, avec ceux que vous aimez.

Pin It

15 Réponses à Comment concilier budget et bien manger

  1. Pingback: Les Français : des évolutions et des prises de conscience – ou comment la crise a créé du positif en France | Le Palais Savant

  2. Pingback: Les Français en 2014 : évolutions et prises de conscience – ou comment la crise a créé du positif « Citoyens en transition

  3. Pingback: Les Français en 2014 : évolutions et prises de conscience – ou comment la crise a créé du positif | Journal des bonnes nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *