>> Articles qui pourraient vous intéresser

Hypersensibilité et Ayurveda

Je me souviens encore du stress que je ressentais avant d’aller en soirée. Alors que tout le monde semblait adorer la liberté du vendredi soir, le plaisir de retrouver ses amis, moi j’étais pétrifiée. Pendant des heures je stressais en pensant aux interactions sociales qui allaient arriver (comment parler, comment avoir l’air normale, comment trouver ma place?) et une fois arrivée sur place, la prise de tête ne faisait que continuer (la musique était trop forte, les couleurs trop vives, cette personne n’était pas gentille avec telle personne et ça me bloquait, pourquoi est-ce que cette personne semblait si triste?) pour enfin rentrer chez moi vidée (l’impression d’avoir été une éponge à émotions et d’avoir passé des heures à tout analyser). Hypersensible, personne qui expérimente le monde avec des émotions, des pensées et des sensations intenses. Combien d’entre nous expérimentons le monde de cette façon ? Comme si le monde était un lieu fascinant, électrique, passionnant ? Et quelques heures plus tard, comme si le monde était trop fatiguant, trop laborieux, trop compliqué à vivre ? Et combien de gens souffrent de leur plus grand atout et à la fois leur plus grand fardeau ? Être une antenne qui capte tout. Qui sent tout. Qui réfléchit – trop – à tout.

hypersensibilite

Seuls ceux qui le ressentent dans leur propre chair, peuvent comprendre à quel point l’hypersensibilité peut faire souffrir. Douter. Je me souviens de moments où je me sentais tellement en décalage avec les autres, que je me demandais – pourquoi je suis si différente ?

l’Approche ayurvedique

Dans l’approche ayurvédique, l’hypersensibilité est (entre autres) causée puis aggravée par une sur-utilisation de nos sens et une hyper-activité de notre mental. Stimulation comme dans: je lis 3 livres à la fois, je garde 15 onglets ouverts sur mon ordinateur, je regarde constamment les notifications de mon téléphone, je vis dans une ville pleine de bruit et de lumières vives et de mouvement, j’entretiens les pensées dans ma tête.  Même si c’est le dernier livre zen que vous lisez et qui vous parle de méditation – il vous stimule aussi ! Et ça, c’est énorme à comprendre. Pour les hypersensibles, il ne faut pas forcément penser en termes de bonne et de mauvaise stimulation, mais de stimulation et de non-stimulation.

Une personne hypersensible qui souhaite vivre plus sereinement avec ses émotions et ses pensées, doit réaliser à quel point notre quotidien est stimulant. S’il ne fait pas des choix quotidiens pour se dé-stimuler, la société et le rythme actuel ne le feront pas à sa place. Alors, qu’est-ce qui fait qu’on est hypersensible?

Déséquilibre de l’élément air (Vata)

En Ayurveda, 3 éléments constituent un être vivant. Vata (air+espace), Pitta (feu+eau) et Kapha (eau+terre).

Les 3 Doshas (Image: Lila Volkas)

Les 3 Doshas (Image: Lila Volkas)

Si on devait prendre l’exemple d’un arbre, Kapha représenterait l’ancrage des racines, Pitta la transformation du tronc et Vata le mouvement des branches et du feuillage léger qui bouge avec le vent. Dans le cas de l’hypersensibilité, c’est l’élément air (Vata) qui est déréglé, excessif. Et ce n’est pas agréable à vivre : écouter quelqu’un parler et sentir les larmes monter à l’arrière des yeux, avoir des pensées anxieuses et des remises en question mentales récurrentes, être incapable de dormir sans boule-quies ou bien être réveillé dans la nuit au moindre bruit. Trop de Vata (air) nous rend agités, anxieux, avec des prises de repas irrégulières et un sommeil léger. Et quand Vata est équilibré ? C’est le bonheur! Nous sommes une personne particulièrement curieuse du monde et de soi-même, créative, ouverte, enthousiaste, imaginative et sensible. Toute personne hypersensible mérite de se sentir à nouveau comme ça. Vivre sa sensibilité comme un cadeau, pas un fardeau.

Apaiser l’élèment Air

Comment apaiser l’excès d’air? Il faut savoir quelles sont les caractéristiques de Vata afin d’amener les caractéristiques opposées dans notre quotidien. Cela va créer un équilibre au quotidien.

Vata est froid, sec, léger et en mouvement

Donc, ce qui est chaud, humide, lourd et statique sera bénéfique.

Comment mettre tout ceci en pratique ? Voici quelques idées concrètes.

Alimentation

Le contexte

Quand nous mangeons avec la radio, que nous sommes debouts ou que nous avons une conversation très animée, l’élément « en mouvement » de Vata est titillé. Même si vous êtes hyper tenté d’écouter de la musique, de vous engager à fond dans une conversation ou de regarder le dernier épisode de votre série préférée, asseyez-vous sans aucune stimulation extérieure. Juste vous et l’assiette. En évitant de vous lever une fois le repas commencé. Bienfaits : vous mangerez plus lentement, apprécierez davantage votre repas et digérerez facilement. Et puis, pensez-y : ne passe-t-on pas déjà assez de temps à s’exciter dans le monde extérieur ? Manger est un moment sacré pour ressentir du plaisir et de l’ancrage. Manger c’est comme embrasser ou enlacer quelqu’un qu’on aime beaucoup, pour l’apprécier, il faut être pleinement présent ! Et pour apprendre à manger en pleine conscience, découvrez cet article.

Le contenu

Mangez plus d’alimentes chauds, onctueux et lourds pour équilibrer l’énergie froide, sèche et légère du mental (Vata).  Je vois souvent des personnes hypersensibles qui grignotent des biscuits (secs), qui mangent beaucoup de crudités (froid) ou qui mangent des repas très peu caloriques (légers) tout en se levant constamment de table (en mouvement). Combo Vata excité : en plein dedans ! J’étais moi-même une insomniaque très cérébrale avant d’apprendre tout ceci et je vous assure, cette alimentation apaisante pour Vata fait beaucoup de bien. Pour le repas du midi, utilisez ce ratio pour équilibrer votre assiette : ½ de légumes (plutôt cuits, surtout en automne et en hiver), ¼ de céréales (cuites et légèrement humides, comme le riz) et ¼ de protéines végétales (légumineuses comme les lentilles ou les haricots rouges).

IMG_20150915_160655

Habitudes de vie

Pas de téléphone au réveil

Avant de lire les envies, les besoins, les pensées des autres, est-ce que vous prenez un moment pour écouter votre guide intérieur ? Accordez-vous au moins vingt minutes au matin sans téléphone. Votre tête sera moins sollicitée et plus spacieuse.

Méditer « sur le pouce »

Quand vous sentez que votre tête surchauffe, que vous êtes fatigué ou bizarrement surexcité, ne rajoutez pas une couche supplémentaire. Souvent, on ne se sent pas très bien et on appelle quelqu’un ou on lit un livre, ce qui rajoute une couche de stimulation supplémentaire. Alors que souvent, nous n’avons pas besoin de couches supplémentaires mais de temps pour digérer celles qui sont déjà en nous !

Asseyez-vous et fermez les yeux. Apprenez à utiliser le silence et la non-stimulation comme la meilleure façon de décompresser. Si vous êtes au bureau, vous pouvez vous enfermer aux toilettes. Si vous êtes dans le métro, vous pouvez faire semblant d’écouter de la musique ou de dormir, et fermer les yeux pour écouter votre respiration. Vous n’avez rien à faire de spécial, vous ne devez pas « faire le vide dans votre tête » (bonne chance pour ça!). Simplement, sentez votre respiration. J’utilise le mantra « So » à l’inspiration et « Hum » à l’expiration. Ou bien le mantra « la paix commence avec moi ». Et j’ai l’impression que je deviens comme un papier froissé qui commencerait à se déplier. Spacieux et délicieux.

Evitez le multi-tasking

Ou le fait de faire plusieurs choses à la fois (qui crée du mouvement frénétique de pensées) et même si c’est un défi, essayez de vous concentrer sur une tâche à la fois. La commencer, la faire et la finir. Puis passer à autre chose. La concentration focalisée est la meilleure tactique pour calmer l’énergie de l’élément air qui est éparpillée, distraite, totalement surexcitée.

Le mouvement

Souvent, bouger le corps est plus utile pour faire circuler les pensées et les émotions négatives, qu’une longue conversation au téléphone. Se connecter aux autres et partager nos défis c’est super. Mais si vous avez l’impression de ressasser constamment la même conversation ou inquiétude, vous avez besoin de mouvement! Vélo, danse, yoga, marche. Bouger pour stimuler le système lymphatique (le système qui élimine les déchets du corps) faire accueillir une nouvelle énergie. Bien sur, la même logique s’applique ici, si vous faites du vélo avec la musique à fond dans vos oreilles, vous risquez d’être encore dans la stimulation (nuances, nuances!).

DSC_1886

Ne croyez pas tout ce que vous disent vos pensées

Nous avons grandi dans une culture occidentale profondément marquée par Descartes et son « Je pense donc je suis ». Pourtant, dans les cultures orientales millénaires, on dit tout l’inverse. Penser est une partie de l’homme – oui, mais absolument pas son essence. Et souvent, penser n’est pas un acte conscient et qui reflète qui nous sommes. La pensée est majoritairement un charabia qui a sa propre vie, qui passe son temps à remettre en cause les choses, à juger, critiquer, analyser, débattre. Si vous suivez constamment vos pensées ou si vous vous en voulez parce que vous avez telle ou telle pensée, vous tombez dans le piège. Le mental vous tient. Ne vous identifiez pas à vos pensées « charabia en arrière-plan ». Dès que vous vous rendez compte que vous êtes resté piégé dans une transe de pensées négatives, ramenez votre attention à l’endroit où vous êtes vraiment.

Comme le dit Eckhart Tolle : « Il n’y a rien à gagner à laisser son mental vivre séparément de l’endroit où ton corps se trouve en ce moment ». Ce matin j’ai pris mon vélo pour faire mes courses et j’ai pensé à un milliard de choses sur le chemin. Je suis arrivée avec l’impression de courir après ma journée, j’étais insatisfaite et agitée. Au retour, je me suis rappelée de cette phrase d’Eckhart et je suis restée là où était mon corps. Sur mon vélo. Entourée de cette lumière, cette rue, ce ciel, cette personne. Je suis arrivée chez moi heureuse et avec l’impression d’avoir du temps et de l’espace dans ma journée. Vous n’êtes pas forcément vos pensées – ne les suivez pas partout!

Conclusion

« Le coeur le plus sensible à la beauté des fleurs est toujours le premier blessé par les épines » Voilà une très poétique citation de Thomas Moore qui explique la situation dans laquelle l’hypersensibilité nous place. Elle nous permet de faire des connexions émotionnelles et mentales intéressantes, profondes, magiques (quand l’élément air est équilibré) mais elle peut aussi nous donner l’impression de vivre en décalage, de ne pas réussir à faire taire sa tête, d’être une éponge à émotions (quand l’élément air est déséquilibré). Ce qui peut gâcher nos relations humaines, notre travail et notre santé.

Ta sensibilité peut être à double tranchant. Mais elle est surtout un cadeau. Ta sensibilité crée un regard riche sur le monde, grâce à elle, tu as quelque chose de précieux et d’unique à offrir au monde. Alors prends soin de toi et apaise ton élément air, petite antenne magique!

Pin It

50 Réponses à Hypersensibilité et Ayurveda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *