>> Articles qui pourraient vous intéresser

Projet Chéris ton corps

Me voilà assise par terre, dans les toilettes, avec le tire lait branché sur mes seins. Léon vient de fêter ses 6 mois et l’allaitement se passe plutôt bien alors je le continue à l’allaiter malgré ma reprise des activités professionnelles. C’est chiant le tire lait. C’est une grosse machine branchée à mes seins qui essaye d’imiter le moment de l’allaitement sauf que mon corps ne se fait pas berner comme ça alors parfois je passe 20 minutes à respirer profondément, imaginer que je tiens mon bébé dans mes bras, visualiser son visage quand il sourit – et quand je regarder les deux petits flacons ils sont presque vides. Donc je m’énerve. Donc mon corps se ferme encore plus. Lâche encore moins de lait. Et c’est là où je pense à l’image de Pink avec son tire lait juste avant un concert et je me rappelle que je ne suis pas seule. Et me voilà assise par terre, dans les toilettes, avec le tire lait branché sur mes seins et je me trouve belle. Genre – putain c’est fou tout ce que tu arrives à faire femme, belle. Le lait coule à nouveau. Mais quand même, mes seins sont presque vides. Je vous explique. Le lait maternel est produit instantanément pendant que le bébé téte, donc avoir les seins vides ou remplis n’est pas forcément une indication de notre capacité à allaiter. Mais quand même, quand on dort, qu’on mange des aliments nourrissants, qu’on rit et on se détend, qu’on reçoit un massage, les seins se remplissent. Je regarde vers le bas et je peux savoir en un clin d’œil, comment je me sens. Et ces dernières semaines, c’est vide.

Et ces derniers jours, c’est très très vide. Parce que je suis assise par terre, dans les toilettes, le tire lait branché à mes seins et j’ai mes règles. La magie de l’allaitement me permet de voir l’effet des règles sur le corps. Ma production de lait se tarit quand j’ai mes règles. Mon bébé presse sur mes seins, exaspéré. Est-ce une surprise ? Je suis en train de mener une activité professionnelle, nourrir un enfant de 67 cm et 8 kilos à bout de mes 2 seins et en plus, la grande purge mensuelle vient de commencer et je perds du sang. C’est comme si je décidais de faire un don du sang tous les jours, en plus de tout ce que je fais déjà! Complètement dingue. Je suis assise par terre et je regarde mon corps et des larmes chaudes montent derrière mes yeux. Cher corps, je suis toujours en train de demander tellement de toi. Et qu’est-ce que je te donne assez en retour ?

Et Projet Chéris ton corps, naquit.

Energie

Il y a un test en Ayurveda qui nous permet de savoir si ce qu’on consomme nous donne vraiment de l’énergie, ou nous en taxe davantage. Un aliment énergétique devrait être capable de booster notre énergie le matin et permettre un sommeil reposant le soir. Le but est de se sentir régénéré pas stimulé. Si vous consommez un aliment ou un complément le soir, et qu’il vous empêche de dormir ou vous rend agité : c’est un stimulant. Pas un régénérateur ! Donc je ne peux pas compter sur mon café du midi pour me donner l’énergie dont j’ai besoin. Ce type d’aliments nous vide lentement de nos réserves, crée une chute d’énergie dans les heures qui suivent et joue avec nos émotions. J’ai besoin d’un véritable plan d’action pour reconstruire mes réserves d’énergie. Poser les briques de ma fondation. Traiter mon corps comme un temple sacré (il l’est).

Smoothie régénérateur ayurvédique

Matin et soir je vais me préparer un véritable aliment énergique. Qui va me stimuler le matin et me nourrir le soir : ce sera le smoothie régénérateur ayurvédique. Je commence la veille en faisant tremper des amandes dans de l’eau. Le lendemain matin, je prépare mon « tonique ayurvédique » :

  • lait végétal (choisir un lait à consistance crémeuse comme celui à l’avoine, ou au riz/noisettes)
  • amandes décortiquées (l’eau les aura rendues molles pendant la nuit et faciles à dénuder)
  • 1 à 2 bananes
  • spiruline (pas trop, où tout le smoothie aura un goût marin) + dattes (1 à 2)
  • cacao en poudre (optionnel).

Mixer. Boire matin et soir. Précision : ceci n’est pas mon seul petit déjeuner, ce n’est pas assez ! Prévoir une céréale et/ou des fruits/légumes en accompagnement. Avocats sur toast. Flocons d’avoine. Toast confiture, purée d’oléagineux. Faites-vous plaisir !

Arrêter de bombarder mon corps d’informations

Alimentation

Contexte : Depuis que j’ai accouché de Léon il y a 6 mois, on me demande : alors, tes tissus se resserrent ? ton ventre retrouve sa tonicité d’avant ? tu remets tes anciens vêtements d’avant grossesse ? Tout ça pour dire la même chose : est-ce que tu as perdu ton poids de bébé ? LA RÉPONSE EST NON !! Enfin, j’ai perdu le poids du bébé. Ses 5 kilos à lui de bébé et de placenta et de fluides. Mais je pèse toujours 10 kilos de plus qu’avant la grossesse. Et cette question a tellement le don de m’énerver que je mange expressément tout ce que je veux, quand je veux sans me contraindre d’aucune sorte. Juste pour dire merde. Je viens de réaliser qu’en pensant ne pas tomber dans le piège de l’apparence extérieure (et en assumant mes 10k !) je suis tombée la tête dedans la première. En voulant montrer aux autres que je n’en avais rien à faire de l’apparence de mon corps, j’ai arrêté de l’écouter. Je grignote toute la journée et je mange tard le soir et je rajoute des portions doubles. Je ne mangeais pas comme ça avant d’être enceinte. Pas parce que je voulais que mon corps soit plus ferme ici ou plus tonique là. Non. Je ne mangeais pas comme ça parce que je ne me SENTAIS pas bien quand je le faisais. Je mangeais des aliments nourrissants et frais et délicieux pendant les repas – puis je créais du vide entre les repas. Parce que ça forçait mon corps à vraiment digérer ce que j’avais mangé. A aller aux toilettes. A faire une pause. Et quand je revenais à table, et je mangeais avec les doigts et je me régalais c’était à partir d’un tableau blanc. D’une table rase. Ça m’aidait à manger plus en conscience plutôt qu’en mangeant une nouvelle couche d’aliments par-dessus les dix autres que je venais de m’enchaîner. Bref, tout ça pour dire : je suis revenue à l’eau chaude entre les repas et c’est tout. Vous pouvez la choisir tempérée si l’eau chaude vous dégoûte vraiment mais ce n’est pas si horrible que ça. Essayez ! Eau chaude sirotée entre les repas. Ça va vous aider à digérer, relâcher la lourdeur et le stagnant et le collant qui traîne dans le corps. Faire de la place pour la légèreté. Du cœur.

Informations

Tout a de l’énergie. Il n’y a rien qui n’ait pas de l’énergie. Tout est composé d’énergie. Donc quand on parle « d’avoir de l’énergie », de se « sentir bien dans son corps », on ne peut pas ne pas parler de l’idée que tout est énergie. De notre écoute subtile des énergies ou du développement de notre capacité à percevoir l’énergie de toutes les choses. Qu’est-ce que je mets dans mon corps ? Dans un premier temps c’est l’alimentation. Je reviens à des aliments bruts qui me nourrissent comme les figues séchées, les oléagineux, les fruits frais (plutôt que systématiquement les biscuits pour le goûter), les lentilles (en tant que végétarienne j’oublie souvent de consommer assez de légumineuses).

Mais il n’y a pas que les aliments qu’on consomme au quotidien. On consomme de la musique par exemple. De la musique qui emplit la maison avec des bonnes énergies. On consomme aussi des conversations. Son téléphone. Combien de temps je passe sur Instagram ? Et comment je me sens après avoir consommé des informations sur ce media ? Energie haute ou énergie basse. On a besoin de devenir plus finement conscients de qu’on consomme, sous quelle que forme que ce soit et est-ce que ça nous élève vers le haut ou nous alourdit vers le bas et juste devenir conscient de ces fluctuations d’énergie. C’est un des plus grands cadeaux qu’on puisse s’offrir. Développer une véritable connaissance des choses et comment elles nous affectent.

Donc pas exemple, pour moi, un détonateur c’est les moments « entre-deux » dans ma journée. J’ai tendance à les remplir de mon téléphone. Je fais le triangle : je regarde Gmail, je regarde WhatsApp et je regarde Instagram. Puis quand j’ai fini Instagram je regarde à nouveau mes mails au cas où j’ai reçu un nouveau mail entre temps. Et je peux refaire ce triangle deux, trois fois à la suite. Mais le truc c’est que ce moment de vide « entre-deux » c’est un peu comme le verre d’eau chaude ayurvédique. C’est une occasion pour digérer toutes les informations qui ont besoin d’être digérées. Les sons, les impressions, les croyances, les pensées, les émotions qui se sont formées dans les minutes/heures passées. Et à chaque fois que je rajoute plus d’informations par-dessus un  état de trop plein, j’ai la nausée d’informations. Parce que c’est ça que l’excès de stimulation fait, toutes ces couches d’information nous éloignent de notre centre. Et quand on est loin de ce centre, on part dans la vie à partir d’un sentiment d’urgence, ou de « je ne suis pas assez ». Et pour aller plus loin dans un plan plus subtil, je suis déconnectée de mon intuition et de mon feeling intérieur qui me fait voir des choses en avance ou pressentir que je dois aller là,

ou là.

Donc une autre grande partie de cette question de l’énergie et de cette connexion à la nature, aux autres, c’est la connexion à soi-même. C’est venir à l’intérieur et s’asseoir ou s’allonger à même le sol, fermer les yeux et écouter et sentir, et laisser notre monde intérieur prendre vie. Pendant quelques minutes, sans contrôler. Par exemple si j’ai une boule au ventre ou une grande fatigue, sans chercher à la changer, ou l’apaiser, ou la contenir, ou l’arrêter. La laisser respirer. Il y a une grande intelligence à l’intérieur de nous, des informations qui cherchent à migrer, des systèmes qui veulent mieux communiquer, pour notre santé optimale.

Donc, je ne vais plus remplir mes entre-deux : je vais les vider.

Quand j’aurai envie de prendre mon téléphone, je vais m’allonger par terre et laisser maman-terre me porter et respirer, peut-être faire quelques mouvements de yoga. Fermer les yeux. On va voir où ça me mène! Projet Chéris ton corps, vous venez?

Pin It

61 Réponses à Projet Chéris ton corps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *