>> Articles qui pourraient vous intéresser

Un mois dans les livres, les podcasts et rallumer le feu dans sa tête – Janvier 2019

J’écris cet article autant pour vous que pour moi. Je vous explique : fin décembre 2018, j’ai eu deux semaines de vacances chez moi, sans retraite de yoga, sans déplacement pour voir la famille. Deux vraies semaines de vacances, du moins pour la casanière Cancer que je suis. J’ai donc le temps de lire deux livres d’une traite : L’enfant perdue d’Elena Ferrante et Sorcières de Mona Chollet. Un livre est la fin d’une saga italienne et l’autre un bombe explosive féministe. J’arrive à ce point rare et délicieux, où j’ai plus envie de lire la suite de mon livre que de regarder le dernier épisode de ma série préférée. Rare ! Délicieux. Toutes mes neurones s’illuminent de nouvelles pensées et d’images, les images qu’on peut uniquement avoir quand on a donné au personnage d’un livre le visage d’une personne qu’on connait et ainsi notre imagination prend vie. Donc, je me fais une promesse : 2019 sera l’année des livres.

 

Sorcières – Mona Chollet

Mots-clefs : journalisme, essai, féminisme, vie professionnelle, maternité, vieillesse, magie, écoféminisme, révolution

J’ai un amour profond pour ce livre. Mona Chollet écrit bien, très bien. Le livre commence par un retour historique sur la chasse aux sorcières, on pense que ça va être le corps du livre mais pas du tout. Très rapidement, l’autrice passe à notre époque contemporaine et va en profondeur dans 3 grandes représentations / archétypes de la femme hérités de l’époque des sorcières et qui continuent à poser problème. Ces 3 représentations sont : la femme indépendante, la femme sans enfants et la femme vieille. C’est une claque de vérité et de prises de conscience et de jouissance intellectuelle ! J’ai ri, ragé et repris confiance en moi et toutes mes capacités grâce à ce livre. Mettez le dans toutes les mains ! Et je peux sans exagérer dire, qu’il signe pour moi, le retour de toutes mes forces après une année consacrée exclusivement à la maternité.

Trouver ce livre: chez votre libraire ou sur internet.

 

L’esquisse d’un rêve (Karitas, livre 1) – Kristín Marja Baldursdóttir

Mots-clefs : roman, Islande, femmes, peinture, dessin, chemin de vie, nature, maternité, vivre pour soi

Dans ce livre on suit l’histoire de Karitas, une histoire de femmes avec des rêves, des talents, des enfants et souvent la frustration de ne pas pouvoir vivre une vie pour elle. On découvre l’Islande, ses paysages, ses traditions, ses problématiques. Une vie vécue à la rude où chaque chose est faite à la main (cela me fait penser à la série Outlander, dont une partie du charme réside dans le retour aux choses qu’on sait faire avec ses mains). C’est un livre bien écrit, avec du rythme et des personnages auxquels on s’attache et parfois, une phrase qui vous harponne le cœur et vous reste dans la tête pendant plusieurs jours. Un bon gros roman qui se savoure et ralentit le temps.

Trouver ce livre: chez votre libraire ou sur internet.

 

L’enfant perdue – Elena Ferrante

Mots clefs : roman, saga, amitié, Italie, écriture captivante, maternité, féminisme, écriture

J’ai pleuré quand j’ai tourné la dernière page de cette saga sur 4 tomes que j’ai aimé passionnément. Elena Ferrante, est une auteure italienne qui tient à rester anonyme et que personne n’a jamais rencontré. Première couche de mystère ! Qui est-elle et comment a-t-elle écrit une œuvre aussi épique ? L’amie prodigieuse (le nom de la saga complète) retrace l’amitié entre deux femmes à travers les âges, Elena et Lila, et touche à tout : les questions sociales, l’Italie, la maternité, l’ambiguïté dans les relations amicales avec une femme qu’on admire et qu’on jalouse, le processus d’écriture, l’homosexualité, le sexe. La force de ces livres c’est qu’ils sont faciles à lire alors qu’en fait, ils parlent de choses puissantes. Si vous cherchez à vous remettre à la lecture de romans mais vous voulez un livre qui sache retenir votre attention, choisissez celui-ci.

Trouver ce livre: chez votre libraire ou sur internet.

 

Podcast : Une vie à soi

J’ai installé l’application « Podcast Addict » (gratuite) sur mon téléphone et je m’y abonne directement à différents podcasts. En janvier j’ai écouté tous les épisodes de « Un podcast à soi », le podcast Arte de très grande qualité autour du féminisme. Nous gardons encore à la maison Léon, notre fils de un an, ce qui représente une demi-journée de garde pour chacun. J’avais besoin d’amener un peu de piment et de diversion dans ces demi-journées qui peuvent parfois être longues. Ce Podcast m’a nourrir. La saison 1 traite de ces sujets : le sexisme ordinaire, les femmes qui font de la boxe, la grossophobie, la paternité, la garde des enfants par d’autres femmes, la gynécologie, les femmes noires, les enjeux de la masculinité et les femmes dans les luttes. Chaque épisode est une mine d’or.

Mes préférés sont :

  • « Papa où t’es » sur la paternité : j’ai réalisé que tant qu’on mettra une aura spéciale autour de la maternité (parce qu’on porte l’enfant ou parce qu’on accouche ou parce qu’on a des instincts maternels) on participera directement à ce que les hommes soient moins investis dans leur paternité. En fait, on ne gagne rien à dire qu’une femme a une expérience « plus spéciale » de la maternité. Ça m’a pris du temps à réaliser ça.

 

  • « Qui gardera les enfants » : quand une femme travaille et qu’elle participe à l’indépendance financière des femmes, cela veut généralement dire qu’une autre femme garde ses enfants pour elle. Quel est le traitement de ces femmes ? Est-ce qu’une femme peut être féministe tout en traitant d’autres femmes de façon discriminante ? Podcast qui ouvre les yeux.

 

  • « Les flamboyantes » : sur les femmes noires et tous les stéréotypes qu’on a sur elles, comme le fait quon présume qu’elles sont plus sauvages et qu’on peut leur demander toutes sortes de pratiques sexuelles ou qu’elles sont hyper maternelles, et qu’on peut les enfermer dans ce rôle.

 

  • « La révolution sera féministe » : je ne pensais pas tant aimer cet épisode, et pourtant ! Que se passe-t-il dans des groupements anarchistes qui remettent en cause toutes les inégalités de notre société mais perpétuent les modes de pensée sexistes ? Les chants dans cet épisode m’ont donné des frissons sur toute la peau !

Trouver ce podcast: sur votre application de podcasts ou sur internet.

Tu es une force qui va de l’avant. Continue !

 

Pin It

23 Réponses à Un mois dans les livres, les podcasts et rallumer le feu dans sa tête – Janvier 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *